Innocence – poème

0

J’ai tant couru, avec ces enfants, dans mes rêves                                                                                                      J’ai partagé leurs rêves d’eldorado, de survie et de bonheur                                                                                     Et j’ai tant vu, tant écouté

J’ai vu une colombe voler,                                                                                                                                  Emprisonnée dans ses rêves,                                                                                                                                      De la guerre, elle s’est échappée                                                                                                                                Ses ailes, telle un aigle, elle a relâchés                                                                                                                    Et elle s’envole, plane, libre elle est                                                                                                                            Dans le ciel, on ne voyait qu’elle

Majestueuse, libre créature, sa souffrance inspire                                                                                                tant de poètes, d’âmes éveillées.                                                                                                                                Elle ne pouvait subir pire,                                                                                                                                            que d’être trahie par l’humanité

Ce volatile innocent, cette innocence volatile                                                                                                         après les massacres de la guerre, les enfants noyés,                                                                                                J’ai vu cette innocence voler                                                                                                                                        Des cadavres, toujours innocents.

J’ai vu la peur, j’ai vu le malheur
Le désespoir, puis la mort
J’ai vu l’espoir, le courage et la résistance
en eux
Mais, que puis-je, en nous, discerner ?

Rien…? Ainsi répondre serait abandonner
Cette armée d’enfants, de colombes et de paix

Ainsi, je vois, se dessiner
Sur le visage de l’Amour une lumière,
qui, elle-même, éclaire
Celui de la Paix et de l’Espoir

Nous sommes l’Amour, nous sommes la Force
L’Espoir, la Paix et la Liberté
Nous serons la beauté, l’amorce
D’une innocence glorieuse, d’une gloire innocente.

Mehdi Inane

 

Partager.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Why ask?