Rencontre avec Zeineb Laouni, animatrice de Hit Radio

0

Cet article fait partie d’une série d’interviews réalisées par Zineb Mdarhri, une ancienne terminale L du Lycée et rédactrice du Carte Diem, aujourd’hui dans le post-bac.

Zeineb Laouni  fait partie des marocains qui représentent la nouvelle génération des jeunes, et portent de grandes ambitions.

Qui êtes-vous Zeineb Laouni ?

  • Origine : Mère de Fès et papa de Meknès, je suis née à Rabat.
  • Age : 30 ans
  • Plat préféré : les pâtes
  • Couleur : noir
  • Chanson : toutes les chansons
  • Loisirs : sport (zumba, RPM…)
  • Film : Fight club
  • Pays : Etats-Unis
  • Ville : Barcelone
  • Rue : toutes rues piétonnes avec plein de boutiques
  • Lieu : chez moi.

Quel a été votre parcours scolaire ?

  • J’ai eu un Bac S. J’ai fait ensuite une année à la Fac d’économie. Ensuite j’ai intégré l’ISIC qui est une école de journalisme, pendant 4 ans. Puis je me suis spécialisée dans l’audiovisuel. Ensuite j’ai commencé à travailler à la radio puis j’ai fait un master en marketing communication à l’ISCAE.

Comment avez-vous vécu votre enfance ? Etait-ce votre rêve d’être ce que vous êtes aujourd’hui ?

  • Très bien.
  • J’aimais la musique, je regardais beaucoup MTV, je suis une FAN DE MUSIQUE et mon rêve était de faire un métier en rapport avec la musique. D’ailleurs quand j’étais petite je chantais avec mon déo chez moi.

Quelles sont vos ambitions ?

  • Mes ambitions sont de de créer ma propre radio et de développer ma marque Zeibeauty.

Qu’est-ce qui vous a poussé à être animatrice à Hit Radio ? Quelles sont les caractéristiques de votre métier ? Conseillez-vous les étudiants à s’orienter vers ce domaine ?

  • Ce qui ma poussé à être animatrice à Hit radio est le sens relationnel qu’exige ce métier. L’animation radio me rapproche des auditeurs, ce qui n’est pas le cas dans le métier de journaliste.
  • C’est un métier magique, j’aime bien faire partie du quotidien des gens, c’est juste magnifique !
  • Oui complètement c’est un métier d’avenir qui se développe énormément au Maroc.

Combien d’auditeurs en moyenne vous écoutent chaque jour ?

  • Beaucoup d’auditeurs m’écoutent . Je ne connais pas le chiffre exact mais ils sont vraiment nombreux.

Vous êtes toujours en direct à la radio, avez-vous été exposé à des insultes en direct? Avez-vous été obligés d’arrêter l’émission ?

  • Non jamais.

Est-ce que les nouvelles technologies jouent un certain rôle dans le domaine de la presse ? Y’a-t-il des améliorations ?

  • Oui les nouvelles technologies jouent un grand rôle dans le domaine de la presse : internet a révolutionné la radio. Aujourd’hui la radio peut être vue
  • Il y a beaucoup plus de radios et une grande diversité d’offres.

Je rappelle que vous êtes parmi les premières youtubeuses au Maroc. Comment vous est venue l’idée de devenir youtubeuse ? Quels sont les conseils que vous pouvez donner aux jeunes talents qui s’intéressent à ce genre de programmes ?

  • L’idée d’être youtoubeuse  m’est venue par ma formation en audiovisuel et aussi parce que j’adore le make-up et le shopping.  Ceci m’a donc poussé à être youtubeuse beauté. En fait je ne suis pas parmi les premières youtubeuses au Maroc, je ‘ai  commencé l’année dernière.
  • Le conseil que je peux donner aux jeunes talents qui s’y intéressent est qu’Il faut le faire pour de bonnes raisons.

Dans quel but réalisez-vous des émissions sur YouTube (sachant que ce n’est pas facile et que cela demande énormément de temps et de travail) ?

  • Il n’y a pas de but, c’est une passion, j’aime partager, l’objectif c’est de changer la vie des gens surtout celle des filles qui s’oublient et se délaissent.

Vous maintenez des relations très amicales avec les autres youtubeuses, n’y a-t-il donc pas une concurrence entre vous ? Constatez-vous qu’il y en a de plus en plus ?

  • Non parce que ce sont des copines, chacune a son style, son petit monde et sa personnalité qui ressort, nous sommes très différentes l’une de l’autre.
  • Oui il y a beaucoup de concurrence, il y en a qui ne le font que pour se faire connaître ou pour avoir des cadeaux… et n’ont pas de passion.

Vous avez même essayé le monde de la télévision avec l’émission Movida. Comment vivez-vous le tournage ? Préférez-vous la télévision ou la radio ? Comptez-vous continuer dans ce domaine. Est-ce qu’on vous verra plus tard à la télévision plus fréquemment ?

  • C’est un peu fatiguant, je suis obligée de faire des allers retours à Casa… et puis entre radio, réseaux sociaux, télé et YouTube ça devient difficile.
  • Je ne suis pas très fan de la télé au Maroc. Contrairement à la télé, la radio au Maroc est un média jeune qui est à jour, par contre je dirais que je préfère la télé dans d’autres pays.
  • Tout dépend de la proposition, je n’aime pas beaucoup la qualité de la production.

Vous considérez-vous comme une célébrité ?

  • Non, même si on me reconnaît dans la rue.

On a tendance à croire que les animateurs radio ne font rien de la journée à part les quelques heures consacrées à leurs émissions, est-ce vrai ? Que faites-vous durant la journée ?

  • Ce n’est pas vrai, on réfléchit H 24 parce qu’on doit toujours penser à l’émission, aux nouveautés, on doit écouter d’autres radios pour apprendre de nouvelles techniques ou autre. Animateur radio est un métier artistique.
  • Je prépare des vidéos sur YouTube, je fais des montages, du sport, j’ai des rendez-vous de temps à autre.

Vous avez eu une formation de journaliste et aujourd’hui vous êtes animatrice à la radio. Est-ce que le métier de journaliste ne consiste pas qu’à ramener l’information ?

  • C’est pour ça que j’ai changé, je trouve que c’est ennuyeux de ramener l’information, il n’y a pas de contact avec les auditeurs.

Avez-vous eu une expérience dans le domaine cinématographique ?

  • Non et je ne voudrais surtout pas en avoir au Maroc.

Liberté d’expression au Maroc ?

  • On a réalisé quelques avancées. On n’est pas vraiment libre, il y a souvent des propos qui sont passibles d’emprisonnement. Par contre moi je suis libre à la radio, en plus je ne m’intéresse pas à la politique.

Pour finir avez-vous un petit mot à dédier aux élèves du Lycée Descartes ?

  • Suivez-moi sur YouTube (Zeibeauty) et bon courage à toutes et à tous, faites le bon choix, un métier qui vous passionne et qui va vous réjouir dès le matin.

Zineb Mdarhri ancienne TL

Partager.

A propos de l'auteur

mm

Laisser un commentaire

Why ask?